/

20.10.2021

Kévin Germanier : « Être éthique, ce n’est pas une tendance »

Depuis qu’il s’est lancé en 2018, Kévin Germanier fait tout ce qui est en son pouvoir pour minimiser l’impact écologique de sa marque tout en refusant d’être (uniquement) présenté comme « le créateur sustainable ».

Le designeur suisse l’admet volontiers : sa passion pour l’upcycling n’est pas vraiment née d’un souci pour la planète. Encore étudiant en mode à la Central Saint Martins, c’est avant tout parce qu’il n’a pas les moyens d’acheter les mètres de coton nécessaires à la réalisation de ses collections qu’il décide de s’approvisionner en friperies, et de donner une seconde vie à de vieux draps.

Des années plus tard, ce mode de fonctionnement est totalement intégré au fonctionnement de Germanier, sa marque, qui utilise les déchets textiles provenant d’autres maisons pour ses créations, et les brode de perles de verre initialement destinées à l’enfouissement. Le but : prouver qu’une mode responsable peut être flamboyante.

Kévin Germanier est le 6è invité de Pierre d’Almeida, dans C’est pas du luxe.

Vous pourriez aussi aimer...

#3

Avec Cécile Ribour et Anthony Colombani

Pour ce troisième épisode de Human After All, Loïc Yviquel et Franck Annese passeront au grill Cécile Ribour, directrice de la communication de la MAIF, et Anthony Colombani, Directeur des affaires publiques, communication, RSE et mécénat du côté de Bouygues Telecom.

Découvrir l’épisode
#52

Les Gardiens de la Nature

Pour sa rentrée, Faisez Tous Comme Moi se délocalise toute la semaine, à Marseille, à l’occasion du Congrès Mondial de la Nature, organisé par l’UICN. Ce lundi 6 septembre, Lenora Frazao, coordinatrice de la nouvelle campagne du collectif On est Prêt, est passée derrière notre micro. Une première radio pour elle ! Espèces sauvages, technique des […]

Découvrir l’épisode
#18

Léa Moukanas, une précocité à toute épreuve

A 15 ans, Léa Moukanas avait déjà écrit deux romans et monté une association, Aïda, qui aidait les jeunes atteints de cancer à rendre leurs journées, autant que possible, moins pénibles. Au début, la vente de pâtisseries au pied de pistes de ski assurait la survie financière de Aïda. Aujourd’hui, Aïda a bien grandi, ne se finance […]

Découvrir l’épisode