20.09.21

Rouge, Vert, et bleu clair. Les couleurs qui font du bien

Visuel Rouge, Vert, et bleu clair. Les couleurs qui font du bien

Cette semaine a marqué le début du procès des attentats du 13 novembre 2015. Un long procès difficile, durant lequel les pires atrocités seront rappelées en détail afin de juger ceux qui en sont responsables. Le procès devrait durer neuf mois. Plus de 1800 parties civiles seront présentes, confrontées au rappel de ces minutes d’horreur qui ont bouleversé leurs vies. Mais à la sortie du tribunal, un peu de lumière les attendra. De la compassion, de l’entraide, de la bienveillance et du soutien. Des mesures exceptionnelles ont été mises en place pour protéger et aider les parties civiles, les avocats et les journalistes.

L’idée est simple. Vert si on veut bien parler, rouge si l’on ne veut pas. L’immensité du procès est aussi dans la quantité de journalistes qui assisteront au procès, plus de 141 médias ont obtenu des accréditations. Pour éviter que les parties civiles soient importunées par des journalistes posant des questions alors qu’elles préfèreraient ne pas être sollicitées, un système de tours de cou de couleurs différentes a été imaginé. S’il est rouge, c’est un signe que la personne ne souhaite pas être interpellée ou dérangée par la presse. S’il est vert, c’est qu’elle accepte de témoigner. L’idée vient de l’association de la presse judiciaire, qui travaille depuis 18 mois sur l’ensemble du dispositif. 

On trouvera aussi du bleu clair à la sortie du tribunal. La couleur des chasubles des volontaires de Paris Aide aux Victimes. Une association régulièrement présente aux procès difficiles. Ils étaient déjà présents lors du procès des attentats de Charlie Hebdo, à Montrouge et à l’Hyper Cacher l’année dernière. Les bénévoles seront présents pour soutenir ceux qui en auraient besoin, que ce soit pour discuter autour d’un café, fumer une cigarette ou parler avec un médecin. L’aide psychologique sera aussi pour la première fois accessible aux magistrats, greffiers et journalistes.  Comme quoi, malgré l’horreur qu’il faudra détailler dans la salle d’audience, un peu de lumière attendra à la sortie.