29.11.21

« Nous on fait face, là-bas on les efface »

Visuel « Nous on fait face, là-bas on les efface »

Parfois, on peut se sentir dépassé par l’état du monde dans lequel on vit. Si on suit l’actualité, on peut facilement désespérer face aux catastrophes sociales qui surgissent un peu partout. Mais ces histoires sont loin, et puis on a plein d’opportunités pour s’engager dans nos propres communautés ici en France. C’est donc très facile de ne pas trop penser à celles et ceux qui souffrent ailleurs…Mais parfois, il arrive que des citoyens soient tellement touchés par des images ou des histoires qu’il leur est impensable de ne rien faire. Peut-être aussi parce que ce sont ces personnes qui, sur terre, traversent les pires cauchemars. C’est ce qui est arrivé à Virginie Garin et 6 de ses amis. Comme nous tous, ils ont vu défiler les images de la prise de Kaboul par les Talibans. Mais une image en particulier les a frappés : des talibans munis de rouleaux de peintures recouvrant les visages des femmes affichés sur les murs de la capitale. Ils décident alors de lancer un projet de soutien aux Afghanes.

Ils contactent 12 femmes françaises exerçant des métiers désormais inaccessibles aux afghanes. Elles sont championnes de tennis-fauteuil, cheffe, musicienne, professeure agrégée ou encore journaliste. Ces femmes ont posé devant un objectif et accepté que leur visage recouvre une page entière d’un calendrier désormais disponible. Les bénéfices seront intégralement reversés à l’association Afghanistan Libre qui reste mobilisée coûte que coûte pour soutenir les Afghanes, notamment en matière d’éducation. 

Virginie Garin, journaliste à RTL, est l’une de celles qui a choisi de prêter son visage : « On veut montrer nos visages pour celles qui ne peuvent plus le faire là-bas. Nous on fait face, là-bas on les efface. On a d’abord essayé d’effacer les visages des femmes dans les rues, maintenant c’est aussi dans les séries et à la télé. Tout est fait pour que les visages des femmes disparaissent de la sphère publique. « 

On a toujours l’impression que les événements qui se déroulent loin de nous nous dépassent. Ils nous dépriment mais que voulez-vous qu’on y fasse ? Et bien justement, chaque semaine on essaye de vous parler d’associations qui s’engagent localement et on vous propose de les aider le plus simplement en envoyant quelques euros. Mais si un sujet vous touche particulièrement, pourquoi ne pas aller plus loin ? C’est ce que l’équipe derrière ce projet a fait. Alors en attendant de trouver votre idée pour aider la cause qui vous est chère, offrez-vous un chouette calendrier ICI.

Les 12 femmes réunies sous la bannière #SoutienAuxAfghanes:

  • Awa Ly, chanteuse
  • Annabelle Horte, professeure agrégée de lettres
  • Virginie Garin, journaliste radio
  • Isabelle Lonvis-Rome, haute-fonctionnaire à l’égalité femmes-hommes au ministère de la Justice.
  • Mélanie Serre, cheffe de cuisine au restaurant Le Louis Vins
  • Alexia Laroche-Joubert, animatrice, productrice TV et présidente de la Société Miss France
  • Ghada Hatem, gynécologue-obstétricienne, fondatrice de la maison des femmes de Saint-Denis
  • Camille Witt, illustratrice
  • Sophie Eberlé, architecte et pilote au Rallye Aïcha des Gazelles
  • Julia Minkowski, avocate pénaliste et autrice
  • Audrey Bourolleau, entrepreneuse et fondatrice d’Hectar, un campus de formation agricole
  • Pauline Déroulède, championne de tennis-fauteuil