15.11.21

« Etre là pour les autres »

Visuel « Etre là pour les autres »

NB : Vu que certaines des associations dont nous vous parlons sont polonaises, certains des sites sont en polonais. On vous recommande de les ouvrir dans le navigateur Google Chrome et d’utiliser la fonctionnalité de traduction immédiate pour naviguer les sites.

Ça a déjà été le cas dans la Méditerranée, à Calais, à la frontière entre le Mexique et les Etats-Unis ou encore en Grèce. Des associations qui viennent en aide aux personnes vulnérables. Migrants politiques, économiques, réfugiés ? Trop occupés à se mettre d’accord sur les termes, les politiques ferment les yeux aux désastres humanitaires qui se déroulent sous leurs nez. Ils tentent aussi souvent, à Calais comme à la frontière Biélorusse aujourd’hui, de fermer les yeux des autres en empêchant les journalistes de se rendre sur place pour témoigner de la situation catastrophique.

Et pourtant, à chaque fois des associations locales, des volontaires et des ONG se dévouent à essayer d’aider ces personnes et de raconter les conditions dans lesquelles ils se trouvent. En Pologne, dans la ville de Michalowo, une caserne de pompiers a été convertie en centre d’accueil pour les migrants qui arrivent à traverser. Pour l’instant ils ne sont que très peu à être venu se faire aider, la frontière étant gardée par des rangées de policiers et de militaires. En attendant l’arrivée de plus de migrants qui pourront passer plusieurs nuits au chaud, la caserne reçoit des donations de matériels et de nourriture venant de toute la Pologne qu’elle distribue ensuite aux associations qui vont aider les migrants directement à la frontière. Vous pouvez faire un don pour les aider directement à la mairie de Michalowo qui gère la caserne ICI.

A échelle plus nationale, la Fondation Ocalenie (sauvetage en Polonais) fournit de l’assistance humanitaire et légale aux réfugiés. Ils sont en première ligne pour faire pression sur le gouvernement polonais et l’Union Européenne mais aussi pour aider directement les migrants à la frontière. Des volontaires de l’association parcourent les forêts autour de la frontière pour retrouver les migrants qui ont réussi à passer et leur venir en aide. Vous pouvez effectuer un don ICI.   

Enfin, à échelle internationale, le groupe Granica Group, une coalition de plus d’une douzaine d’organisations non-gouvernementales et qui travaillent depuis plusieurs années sur les questions de réfugiés à l’intention de notifier la Cour Pénale International d’éventuels crimes contres l’humanité commis par le gouvernement Biélorusse. Granica Group est également présent à la frontière où eux-aussi viennent en aide aux migrants qui réussissent à traverser.  Vous pouvez les soutenir ICI.