18.04.22

đŸŒ± Enfin une bonne nouvelle pour la planĂšte !

Visuel đŸŒ± Enfin une bonne nouvelle pour la planĂšte !

On a dĂ©cidĂ© cette semaine que nous ne parlerions pas du second tour qui approche. Non pas parce qu’on ne s’y intĂ©resse pas, mais parce qu’on sait trĂšs bien que depuis une semaine on ne parle que de ça. Aussi parce que le slogan de cette newsletter est tout de mĂȘme de vous donner envie de vous lever le matin. Du coup on voulait parler des scientifiques. Ce sont elleux qui nous alertent sur les risques du dĂ©rĂšglement climatique Ă  coup de rapports du Giec. Ce sont elleux qui ont expliquĂ© qu’il faut Ă  tout prix maintenir la hausse des tempĂ©ratures Ă  moins de 2 degrĂ©s par rapport Ă  l’ùre industrielle, et idĂ©alement 1,5 degrĂ©s. Lors de la COP26 Ă  Glasgow en novembre dernier, le Programme des Nations Unies avait annoncĂ© que malgrĂ© les plans et les promesses des 197 pays prĂ©sents, on se dirigeait vers une hausse de 2,7 degrĂ©s avant la fin du siĂšcle par rapport Ă  l’ùre prĂ©-industrielle. Une “catastrophe climatique” selon le secrĂ©taire gĂ©nĂ©ral de l’ONU, Antonio Guterres. 

Mais cette semaine, une lueur d’espoir est nĂ©e. Une Ă©tude scientifique publiĂ©e dans la revue Nature a passĂ© en revue les plans de dĂ©carbonisation mis Ă  jour et amĂ©liorĂ©s par les pays pendant la COP26. Et bonne nouvelle, si chacun respecte ses engagements, on peut limiter le rĂ©chauffement climatique juste en dessous de 2 degrĂ©s. C’était le but des accords de Paris. Il y a mĂȘme une trĂšs bonne nouvelle, c’est que c’est la premiĂšre fois qu’un modĂšle de prĂ©diction climatique et des scientifiques prĂ©disent une hausse de moins de 2 degrĂ©s, et c’est uniquement grĂące aux promesses et plans ambitieux des pays de rĂ©duire les Ă©missions que c’est envisageable. La moins bonne nouvelle c’est que les accords de Paris expliquent que mĂȘme Ă  deux degrĂ©s la civilisation sur terre sera menacĂ©e. Pour empĂȘcher le pire, il faudrait limiter Ă  1,5 les hausses de tempĂ©ratures. 

Et si les pays ont pris ces engagements, c’est en partie parce que nous, les citoyen·ennes leur avons mis la pression. C’est impossible Ă  quantifier, mais les innombrables marches pour le climat, les discours passionnĂ©s des activistes, les Ă©tudes objectives mais alarmantes des scientifiques. Tous obligent au changement. Maintenant, il faut continuer. Et ça tombe bien parce qu’avec So good on a une proposition pour vous : La pĂ©piniĂšre de So Good Radio, une bourse destinĂ©e aux primo-podcasteur·euses. La premiĂšre bourse (Pep1)  permettra le financement d’un podcast sur le thĂšme “impact et innovation”. Avez-vous une idĂ©e ou un concept pour raconter l’histoire de personnes qui Ɠuvrent pour rendre le monde meilleur, pour lutter contre le rĂ©chauffement climatique ou les inĂ©galitĂ©s ou simplement pour inspirer les auditeur·ices ? Proposez-le nous ! Et comme on pense qu’on ne peut jamais assez rigoler, la seconde bourse (Pep2) financera la production d’un podcast de chroniques humoristiques sur le sujet de l’impact positif. 

Alors d’accord, on ne va pas changer le monde avec un podcast, mais c’est une façon comme une autre de continuer Ă  faire parler de ces enjeux et des solutions qui nous permettront de mettre encore plus de pression sur les dirigeants en espĂ©rant rendre les objectifs de limiter le rĂ©chauffement climatique encore plus ambitieux. Alors si vous avez une idĂ©e, n’hĂ©sitez pas Ă  nous l’envoyer avant le 25 avril Ă  14h Ă  pepiniere@sogoodstories.com !