02.05.22

🌓 Elle va marcher sur la lune

Visuel 🌓 Elle va marcher sur la lune

On se demande souvent oĂč les gens lisent cette newsletter. On imagine qu’un certain nombre d’entre-vous la lisent au rĂ©veil, d’autres pendant leur pause cafĂ©, mais peut-ĂȘtre aussi dans le mĂ©tro en allant au boulot. Et puisqu’on aime bien rĂȘver chez So good, on s’est dit que peut-ĂȘtre que parmi nos lecteur·ices il y avait une certaine Jessica Watkins qui a lu So good morning en se rendant au boulot jeudi dernier. Mais comme d’habitude, la rĂ©alitĂ© a fini par nous rattraper. DĂ©jĂ  on a rĂ©alisĂ© que cette newsletter sort le lundi matin et non le jeudi, ensuite on ne sait pas si Madame Watkins lit ou parle le français, et enfin, on ne sait pas du tout s’il est possible de lire une newsletter avec autant de facilitĂ© sur une navette spatiale que dans une rame de la RATP.

Parce que dans la nuit de jeudi Ă  vendredi dernier, Jessica Watkins et quatre autres astronautes dont l’italienne Samantha Cristoforetti se sont rendu·es Ă  l’ISS pour un sĂ©jour de cinq mois. En soit, 5 personnes qui vont faire un tour lĂ -haut n’est pas exceptionnel, iels sont tout de mĂȘme plus de  200 astronautes Ă  y ĂȘtre allé·es depuis l’an 2000 (autant que dans votre rame RATP),  mais cet aller-retour-ci est un peu plus symbolique que d’habitude. C’est la premiĂšre fois qu’une femme noire sĂ©journera dans la coloc’ du cosmos. MĂȘme si quatre femmes noires se sont dĂ©jĂ  rendues dans l’espace avant, aucune n’a vĂ©cu sur l’ISS. “C’est un hommage Ă  l’hĂ©ritage des femmes noires astronautes qui y sont allĂ©es avant moi mais aussi un signe de l’avenir excitant qui nous attend” a-t-elle dĂ©clarĂ©. En effet, depuis quelques annĂ©es, Ă  l’exception des rovers sur Mars et des images incroyables qu’ils nous envoient, l’exploration spatiale nous fait de moins en moins rĂȘver. LĂ  oĂč avant les missions pouvaient faire fantasmer toute l’humanitĂ© parce que tous pouvaient s’y identifier, aujourd’hui c’est plus compliquĂ© de s’identifier Ă  Jeff Bezos, Elon Musk (mĂȘme si c’est sur sa fusĂ©e que vole Jessica Watkins et ses camarades) et Richard Branson qui franchement avec leurs manĂšges  spatiaux, nous gavent. Faire dĂ©coller les Ă©missions carbones pour la recherche scientifique, on comprend. Mais si c’est juste pour se balader, on ne comprend plus du tout.  

Or, d’ici 2025, on devrait assister de nouveau Ă  un alunissage si la NASA se tient Ă  son calendrier. Et cette mission-lĂ , remĂ©diera Ă  un lĂ©ger hic historique : plus de la moitiĂ© de l’humanitĂ© a en effet du mal Ă  se retrouver dans Neil Armstrong et ses successeurs, car aucune femme n’a jamais posĂ© son pied sur la Lune. La premiĂšre sera peut-ĂȘtre Jessica Watkins ? On ne le sait pas encore, mais tout ce qu’on sait c’est qu’on a hĂąte de regarder ce petit pas pour une femme et ce grand bond pour l’humanitĂ©.